Bandeau

Philippe Jaroussky


Président et fondateur
de l'Académie

Element

Philippe Jaroussky est un contre-ténor qui a conquis une place prééminente dans le paysage musical international.

A 38 ans, il s’engage dans cette aventure « vertigineuse » qui lui permet depuis de lancer de nouveaux talents et surtout de partager une passion qui l’anime avec de jeunes apprentis musiciens.

Il intervient de manière totalement bénévole dans le cadre des activités de son Académie Musicale.

« Mes parents n’étant pas musiciens, ce n’est qu’au collège de Sartrouville, en banlieue parisienne, qu’un professeur de musique m’a conseillé d’apprendre un instrument. J’avais 11 ans et j’ai choisi le violon, mais j’ai commencé malheureusement un peu tard pour devenir un bon violoniste. J’ai complété ma formation avec le piano à 15 ans, avec l’idée de me diriger vers des études plus théoriques (composition, direction d’orchestre). Ce n’est qu’à 18 ans, par hasard, que j’ai découvert ma voix de contre-ténor qui m’a permis de faire de ma passion mon métier et de chanter sur toutes les scènes du monde. Mais sans l’intervention de ce professeur qui a détecté mon talent et le soutien inconditionnel de mes parents, je ne serais jamais devenu artiste. Le chant a été pour moi une véritable chance de m’épanouir dans ma vie d’adulte…

Philippe Jaroussky
Portrait a haute voix

×
Element

…C’est pourquoi, après 20 années de carrière, j’ai ressenti le grand besoin de donner à d’autres la chance qui m’a été accordée. Quand on n’est pas d’un milieu musical, il est difficile d’inciter un enfant de 6 ou 7 ans à commencer un instrument. Il y a donc une foule de talents qui se perdent. Il existe beaucoup de programmes éducatifs autour du sport, mais les mêmes qualités peuvent être développées par la pratique d’un instrument de musique, et c’est très précieux pour un enfant, même s’il ne devient pas musicien plus tard.

J’ai beaucoup réfléchi sur le métier et je souhaite transmettre aux jeunes professionnels l’envie de rester eux-mêmes.

Chanter est très introspectif, on apprend à se connaître, à dire les choses comme on a envie de les dire, à être juste dans ses émotions et dans leur transmission vers le public. Nous vivons dans un monde très virtuel et nous avons besoin de concret, de vivant, d’humain.

C’est pour moi une formidable aventure que cette Académie et je suis très heureux qu’elle puisse se développer au sein de La Seine Musicale, disposant de tous les moyens les plus modernes et stimulants pour de jeunes apprentis musiciens. »